?> ?> ?> ?> ?> ?> ?> ?> ?> ?> ?> ?> ?> ?> ?> ?> Red Castel - 883 : "Le Mystère des Ummites"

Red Castel - 883 :
Est le nom de code d’un dossier de la CIA, des plus étrange, sur le sujet OVNI. Celui-ci traite d’une affaire au-tour de lettres, tapées à la machine, de per-sonnages ce présen-tant comme des êtres venu d’une autre pla-nète arrivés sur notre sol en 1950, les Ummi-tes, dont le sigle res-semble à un y cyril-lique Ж.

OVNI de San José
Espagne, 1967

Avant les événement...

Les 27 et 30 mai 1967 quatre personnes du groupe de la « Baleine Joyeuse » reçoivent, chacun, une lettres dés plus curieuse. Une vingtaine de personnes seront présentes, à la réunion du 30 mai, pour découvrir la nouvelle. Les Ummites y révèlent l’arrivé prochaine de trois de leur vaisseau sur Terre. Un intervalle de cinq jours y figure, situant les événements entre le 30 mais et le 3 juin 1967. L’un des point géographique étant dans la région de Madrid, les représentants du groupe vont signer et dater au dos de la lettre reçue par Garrido, par souci de preuves.

Le 1er juin...

Une banlieue madrilène résidentielle aux immeubles ultramodernes, les habitants fuient bien souvant la capitale pour les prairies et les forêts de pins restées intactes et dominées par le château de feu le marquis de Valderas. Le dimanche, les familles viennent y déjeuner sur l’herbe et passent tout l’après-midi à l’ombre d’un arbre. Les pères piquent un petit somme au moment de la sieste, les mères terminent leur coutures, les enfants font de formidables parties de cache-cache, et les amoureux sont enfin seuls. San José de Valderas est en paix.

Il est 20 h 20 quand soudain...

Il est 20 h 20 quand soudain, un objet énorme en forme de disque apparaît dans le ciel. Il surgit subitement au-dessus du château qui abrite désormais un collège tenu par des religieuses puis évolue sans bruit sur la région en décrivant une sorte de boucles pendant une douzaine de minutes. Il vole si bas qu’il touche quasiment le sommet des arbres et se déplace comme le ferait une feuille qui tombe avec un mouvement de balancier, pour finalement disparaître, illuminé par les derniers rayons de soleil, en direction de la route qui mène vers l’Estrémadure.

Ce n’est pas un appareil comme il en existe sur Terre...

Ce n’est pas un avion, ni un hélicoptère, ni un quelconque appareil comme il en existe sur Terre. L’engin, d’une dizaine de mètres de diamètre est circulaire. On devine qu’il est constitué par deux sortes de grandes cuvettes dont les bords évasés sont soudés l’un à l’autre et dont les parties concaves se font face. Un ingénieur le comparera plus tard à la boîte de vitesse d’une vielle auto tandis qu’une ménagère n’hésitera pas à le qualifier de gamelle ou de grand fromage. En réalité, cet étrange objet semble correspondre à ce que l’on nomme en général : une soucoupe volante. En tout cas, c’est ce que pensent instinctivement les dizaines de témoins, tous le nez en l’air. Eberlués, ils remarquent cependant sur le ventre de l’objet volant un signe qui ressemble à un H dont la ligne intérieure est barrée d’un trait. Plus tard, il sera décrit de diverses manières comme “d’une croix à l’intérieur d’un carré” et quelqu’un n’hésitera pas à affirmer : “Le signe ? Oh ! C’était un “M” pour Martiens.”, parmi ces témoins qui donnent, les jours suivants, des détails aux enquêteurs venus les interroger.

__________________________________________________________________________________
Presse :
> Le 2 juin 1967, le journal "Informaciones", journal du soir, annonçait l’observation, dans la soirée de la veille, jeudi 1er juin, d’une soucoupe volante au dessus du château de San José de Valderas, en banlieue de Madrid :"SOUCOUPES VOLANTES SUR MADRID ? DES CENTAINES DE PERSONNES LES ONT VUES HIER DANS LA BANLIEUE DE LA CAPITALE".
> Le journal "Pueblo" du même jour : "Dans la nuit d’hier, plusieurs personnes ont appelé notre Rédaction prenant de l’intérêt à nous donner des informations sur un étrange objet qu’ils avaient vu survoler la promenade d’Extra-madure.etc.. ".
> Et le journal "Madrid" du lendemain : "Don Fernando Sesma l’affirme, LA SOUCOUPE VOLANTE VUE A MADRID PROVIENT DE LA PLANETE URANO".
?> ?> ?>