?> ?> ?> ?> ?> ?> ?> ?> ?> ?> ?> ?> ?> ?> ?> ?> ?> ?> ?> ?> ?> ?> ?> ?> ?> ?> ?> ?> ?> ?> ?> ?> ?> ?> ?> ?> ?> ?> ?> ?> ?> ?> ?> ?> Red Castel - 883 : "Le Mystère des Ummites"

Red Castel - 883 :
Est le nom de code d’un dossier de la CIA, des plus étrange, sur le sujet OVNI. Celui-ci traite d’une affaire au-tour de lettres, tapées à la machine, de per-sonnages ce présen-tant comme des êtres venu d’une autre pla-nète arrivés sur notre sol en 1950, les Ummi-tes, dont le sigle res-semble à un y cyril-lique Ж.

Matière noire : un univers caché
En astrophysique, la matière noire (ou matière sombre), traduction de l’anglais dark matter, désigne une catégorie de matière hypothétique jusqu’à présent non détectée, invoquée pour rendre compte d’observations, notamment les estimations de masse des galaxies, des amas de galaxies et les propriétés des fluctuations du fond cosmologique.
Ce sont des mouvements célestes anormaux obs-ervé par les astronomes qui les pouses à envisager la présence d’un ensemble de substances qui ont jusqu’à présent échappé à l’observation. Partant alors à leur recherche les scientifiques vont les nommées faute de mieux « matière noire » et « énergie sombre ».

Les anomalies ainsi observées fournissent quel-ques indices sur ces deux acteurs. La matière noire semble constituée d’amas de particules invisibles qui remplissent inégalement l’espace, tandis que l’énergie sombre est uniformément répartie et sem-ble intégrée à la trame de l’espace lui-même. Les scientifiques n’ont pas encore réussi à observer sans ambiguïté ces protagonistes invisibles, mais des indices prometteurs, tels que des signaux dans les détecteurs de particules, s’accumulent.

 
  Première carte tridimensionnelle de la distribution de la matière noire dans l’Univers (NASA)

Jean-Pierre Petit, chercher au CNRS, publia en 1977, à l’Académie des Sciences de Paris, une théorie sur les univers jumeaux. Très proche des travaux de Andreï Sakharov (travaux qu’il ne connaîtra que plus tard !), il sans distingue, malgré tous, par l’idée que les deux feuillet matière/antimatière sont collé l’un sur l’autre le long d’une sorte de ruban de möbius à trois dimensions. Ce modèle est en opposition frontale avec les orientations communément admises aujourd’hui en cosmologie : ainsi elle s’oppose à l’existence de la matière noire et de l’énergie noire, mais suppose l’existence d’une « matière gémellaire » invisible exerçant un effet gravitationnel répulsif sur la matière ordinaire.

voir :
Antimatière et univers
Matière noire : un univers caché (article pour la Science)

La matière noire, qui représente un quart du contenu de l’Univers, pourrait ainsi former un monde riche et complexe en soi, imbriqué dans le nôtre. Ne sommes-nous pas entrain de retrouver avec la « matière noire » les mêmes caractéristiques que ceux décrit par Jean-Pierre Petit au cœur de la théorie des univers jumeaux ? Ne ce peu-t-il que l’antimatière nous soit invisible dans les conditions d’équilibre univers/anti-univers ?

?> ?> ?> ?>