?> ?> ?> ?> ?> ?> ?> ?> ?> ?> ?> ?> ?> ?> ?> ?> Red Castel - 883 : "Le Mystère des Ummites"

Red Castel - 883 :
Est le nom de code d’un dossier de la CIA, des plus étrange, sur le sujet OVNI. Celui-ci traite d’une affaire au-tour de lettres, tapées à la machine, de per-sonnages ce présen-tant comme des êtres venu d’une autre pla-nète arrivés sur notre sol en 1950, les Ummi-tes, dont le sigle res-semble à un y cyril-lique Ж.

Univers multiples

Si pour nous l’idée d’une multitude d’Univers n’a germé qu’en 1980, pour les "Ummites" (lettre - 1972) cela est un fait établi depuis longtemps. Le pluricosmos à pour les "Ummites" le nom de "WAAM-WAAM" (WAAM = Univers). Ils afirment que ceux-ci ont des dimensions et mesures différentes. La vitesse de la lumière, les longueur d’ondes, les forces, etc., ont des mesures différentes selon l’Univers observé. Point ou les "Ummites" nous dépassent aisément, c’est qu’ils sont convaincus que deux Univers singuliés jouent un rôle fondamental à notre existence : L’Univers des "Âmes" et l’Univers des "Consciences". Ceux-ci étant en un sans les Univers extrêmes, L’Univers des "Âmes" aurait des mesures nulles et l’Univers des "Conciences" des mesures infinies.

l’Univers inflatoire

Le modèle cosmologique Standard, bien qu’adopté depuis longtemps par le milieu scientifique, ne caisse de poser des problèmes. Aussi, en 1980, une solution fut entrevue, grace à Alan Guth, découlant des équations qui décrivent les premiers moments de l’Univers. Cette solution, dite de l’inflation, propose des conditions inhabituelles et insoupçonnées dans l’intervalle de temps 10-42 s à 10-35 s après l’origine. Ce concept d’inflation est difficile à appréhender puisqu’il suppose que, dans cet infime laps de temps, l’Univers est passé de la taille d’une bille de moins de un centimètre à celle d’une immense « bulle » large de milliards de kilomètres, si ce n’est beaucoup plus : certaines équations annoncent une taille de 1010 m atteinte au bout de 10-35 s, un nombre de mètres qui s’écrirait avec mille milliards de zéros ! Outre qu’elle explique certains paradoxes de l’Univers observable, cette phase d’inflation impliquerait que cet Univers soit multiple, éternel et autoreproducteur.

L’univers autoreproducteur

Si elle rend bien compte de l’existence de notre Univers et de ses caractéristiques observées, la théorie d’une inflation exponentielle implique un [[Univers autoreproducteur composé d’une multitude d’univers voisins mais physiquement déconnectés les uns des autres par des singularités de type Big Bang. Cette inflation en chaîne peut être comparée à un énorme « bain de mousse » fractal et infini, des bulles-univers naissant à tout moment d’autres bulles-univers. Cette ramification ad aeternam implique une croissance exponentielle du nombre d’univers en « cohabitation » au fil du temps. Elle implique aussi, à rebours, que l’origine de notre Univers n’est qu’une péripétie d’un enchaînement d’événements et que l’origine de l’Univers tout entier peut être repoussée dans le passé à l’infini, sans qu’il soit même nécessaire de supposer une première inflation initiale. Au concept de multiplicité se greffe ainsi celui d’éternité. Cette multitude d’univers passés, contemporains et à venir est d’autant plus surprenante que tous ces mondes dissociés sont vraisemblablement régis par des lois physiques différentes. Ces différences seraient la conséquence de ces mêmes fluctuations quantiques et chaotiques du champ scalaire menant à la naissance de chaque Univers. Lors de fluctuations particulièrement fortes, même le nombre de dimensions d’espace-temps pourrait varier d’un univers au suivant.

?> ?> ?> ?> ?> ?> ?>